Guerre à Harvard, Nick McDonell

Publié le par Lucie

9782081217324FS.gif

Alors que gronde la guerre en Irak, son écho feutré résonne dans les couloirs de Harvard. Mark, fondateur de Facebook, Will, engagé comme réserviste, Quinn et Izzy, jeune couple à problèmes, Jenny, la fille aux cheveux roses et Nick, notre narrateur, nous entraînent dans la réalité de ce prestigieux campus. Entre la CIA qui vient débaucher des cerveaux et les soirées arrosées, McDonell fait émerger les préoccupations et les indifférences de cette génération. Dans la lignée d'un Bret Easton Ellis, il dresse le portrait percutant d'une jeunesse nourrie à FoxNews et aux jeux vidéo qui tente d'oublier la guerre, au risque de s'oublier elle-même. (4ème de couverture)

Ce roman est le troisième roman de Nick McDonell, 25 ans, qualifié de nouveau Bret Easton Ellis par les critiques. Ce livre court de 95 pages est une immersion totale dans le campus américain de la faculté de Harvard. Nick McDonell est lui même issu de la promotion 2006 de Harvard.
Pas vraiment un roman, il s'agit plutôt de petits chapitres mis bout à bout, comme des morceaux de témoignages. 

Ces chapitres sont des moments de vie étudiante, avec très peu de cours et beaucoup de cafés, soirées et alcool. Finalement, le sujet de la guerre en Irak est peu traité par rapport à la vie universitaire. On évolue dans un monde privilégié de confréries où l'on parle peu de la guerre en Irak.
Dans le premier chapitre, Nick McDonell raconte cette scène dans le gymnase Hemenway où les jeunes s'entraînent devant les écrans de télévision et s'interroge sur ce qu'il en ressort. Après tout, c'est ce qui est intéressant puisque ces jeunes vont devenir l'élite financière, politique et culturelle du pays.
"Et ici, dans la plus prestigieuse salle de sport etc., savoir ce qu'ils pensent n'est pas seulement difficile mais crucial, parce que, parmi ces jeunes gens qui regardent les informations, certains espèrent en devenir un jour les acteurs - et parfois, à raison."
Mais ces jeunes gens sont finalement peu ouverts à l'extérieur et vivent avec désinvolture dans un monde parallèle où l'on croise le créateur désormais millardaire de Facebook, un peintre déjanté et où finalement, le problème de poids est le souci majeur de Harvard. 

Oui, il est très peu question de la guerre en Irak. La Guerre à Harvard, c'est avant tout la guerre que chaque étudiant doit mener dans les méandres de la vie universitaire. Nick McDonell met le doigt sur le vie ennuyeuse des étudiants, qui se préoccupent peu de la guerre en Irak, ou des autres guerres.

Une écriture froide mais fluide, sorte de biopsie des campus américains, à lire si l'on aime Bret Easton Ellis, Frederic Beigbeder et Tom Wolfe !

Commenter cet article

Nadège/Lady Scar 20/03/2010 16:41





Nadège/Lady Scar 20/03/2010 10:26


Tu m'as donné envie de le livre, je l'ai rajouté à ma wishlist 


Lucie 20/03/2010 10:37


Merci de ton passage Nadège ! Très bonne lecture !


Véro 19/03/2010 20:54


Je ne connais aucun des auteurs que tu cites ... difficile de me faire une idée du coup !


Lucie 19/03/2010 20:57



Oui, du coup, pas évident... surtout que là, j'ai rien en tête pour te donner d'autres pistes dans le même registre.



evertkhorus 19/03/2010 10:39


RePS: moi aussi je m'appelle Lucie;)


Lucie 19/03/2010 10:58


Héhé, que de points communs !


evertkhorus 19/03/2010 10:38


C'est vrai que les histoires sur les campus c'est sympa. J'ai visité Harvard quand j'étais à Boston, ça fait vraiment rêver... et encore je n'ai pas vu l'intérieur!


Lucie 19/03/2010 10:57


Lucky Girl !