L'Echo des morts, Johan Theorin

Publié le par Lucie

echo des morts

 

"Après L’Heure trouble, salué par la critique internationale, L’Écho des morts explore à nouveau l’atmosphère étrange de l’île d’Oland, où les Westin, une famille de Stockholm, ont décidé de s’installer définitivement. Quelques jours après leur arrivée au coeur de l’hiver, Katrine Westin est retrouvée noyée et son mari sombre dans la dépression. Alors que d’inquiétantes légendes autour de leur vieille demeure refont surface, la jeune policière chargée de l’enquête est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un accident…

Porté par l’écriture très personnelle de Theorin, un suspense où passé et présent s’entrecroisent dans un climat troublant, aux limites du fantastique." (4ème de couverture)

L'Echo des morts est le second polar du suédois Johan Theorin. Un polar suédois ? Tiens, tiens, cela me dit bien de découvrir ce titre car bon Stieg Larsson suédois, Henning Mankell suédois.... et bien d'autres ! Comme si l'air glacial développait une prédisposition au crime...(et aux bonnes histoires !)

J'ai pu découvrir ce livre grâce un partenariat avec ma bibliothèque (autrement appelé "prêt) car je n'avais pas été retenue par la Team Livraddict (non, non, je ne me plains pas car dans le même temps, ma boite aux lettres s'apprêtait à recevoir deux autres partenariats...).

Alors, il est comment ce dernier polar venu du froid polaire ? 

Je dirais excellent, sans être un coup de coeur ! Johan Theorin a écrit un polar avec de très bons ingrédients : un décor sauvage, glaçant et inhabité, des légendes mêlées à des faits historiques, une jeune femme flic devant faire ses preuves et une famille aux lourds secrets. Une recette explosive ! Le tout est mélangé avec une dose de fantômes et de revenants.

Mais, c'est aussi un livre saisissant sur la perte d'un proche et de ceux qui restent. Notre personnage principal, Joakim, oscille entre déni, acceptation d'une douloureuse vérité et possibilité fantastique de revoir sa défunte épouse. Comme l'intrigue est conduite sur un bout de terre entre deux phares, dans une vieille bâtisse construite avec des poutres d'un bateau naufragé, dans un climat où règne les tempêtes (dont le plus terrible et la plus fameuse est appelée la Tourmente), le huis-clos entre monde des vivants et des morts est angoissant et pertubant.

Difficile dans ces conditions de lâcher ce polar avant de connaître le fin mot de l'histoire !

A lire si vous allez vous isoler sur une île très prochainement, si vous êtes en manque de polars suédois, si vous aimez la petite dose de fantastique ajoutée à l'intrigue policière ! 

 

 

 

Publié dans Littérature polars

Commenter cet article

El JC 27/05/2010 08:33



Encore un auteur venu du grand nord, qu'il me faudra surveiller à l'avenir. Mon voyage a ölland a été une belle réussite. Délicat d'en parler sans en dire trop, mais l'ambiance générale qui
ressors de cet ouvrage est à couper au coutreau comme la brume marine.



Lucie 27/05/2010 19:13



Je ne peux que partager ton commentaire. Bonne soirée ! 



Véro 18/04/2010 12:37



Décidement, les polars suédois surfent sur la vague du succès !



Lucie 18/04/2010 12:41



Tout à fait ! Bon dimanche, Véro !



djak 12/04/2010 23:06



du policier et un peu de fantastique? Ma foi, pourquoi pas! C'est bientôt les ouacances, je vais être en demande de frissons!



Lucie 13/04/2010 08:51



Et en plus, il se lit vite ! De quoi lire bien d'autres titres pendant tes vacances !



belledenuit 12/04/2010 18:59



Il faut que je le lise celui là. Depuis le temps que je le vois sur la blogosphère...



Lucie 12/04/2010 19:11



Oui, moi aussi, je l'ai vu un peu partout avant de pouvoir le lire.... tentation tentation !