Les Semeurs d'abîmes, Serge Brussolo

Publié le par Lucie

17534.jpg

 

Une nouvelle mode fait fureur chez les jeunes branchés : le tatouage mobile! Il s'agit de dessins exéctués avec une encre au pouvoir mystérieux, et qui se promènent sur la peau de leur propriétaire en un ballet incessant! L'engouement se transforme en hystérie, tout le monde veut agrémenter son corps de dessins animés. Les tatoueurs travaillent désormais jour et nuit. Mais les choses se compliquent lorsqu'on découvre que les fameuses illustrations ont tendance à trouer la peau de ceux qui les portent. Une enquête va montrer que l'encre en question provient en réalité des sécrétions épidermiques d'une peuplade de mutants qui l'utilise, elle, comme moyen de défense, à la façon des suintements urticants en usage chez certains batraciens. Dès lors, s'engage une course contre la montre pour trouver un antidote, car, entre temps, la moitié de la population s'est fait tatouer pour obéir au diktat de la mode! (4ème de couverture)

 


J'ai découvert Serge Brussolo grâce au titre Le Manoir des Sortilèges, il y a quelques mois. Puis, Bambi Slaughter a organisé un challenge dédié à Serge Brussolo. C'est donc, dans ce cadre, que j'ai choisi de lire Les Semeurs d'abîmes, qui a obtenu le Prix Apollo en 1984, qui récompensait le meilleur titre de science-fiction (ce prix a disparu en 1990). 


Le tatouage mobile fait rage chez les jeunes. L'encre du tatouage mobile provient de la sueur d'un population mutante oubliée dans un parc surveillé. Le problème est que l'on ne peut toucher ces mutants sans souffrir de puissantes irritations qui se transforment en mort par perforation. C'est alors que les jeunes tatoués souffrent de ce puissant mal, sans que les autorités puissent trouver un remède. Lise, tatoueur et tatouée, part alors à la recherche d'un antidote dans la réserve surveillée. Mais un étrange phénomène survient : les êtres vivants, population mutante incluse, se mettent à migrer de façon irrépressible. 


Serge Brussolo développe le thème de la folie migratoire. Que peut-il advenir d'une société où chaque individu comme une marche sans fin ? Qui est responsable de ce phénomène ? Est-ce la science qui sert des fins politiques ? 

Il invente des sociétés communautaires basées dans l'immobilisme, telles le Territoire des Ponts, où chaque instant devient une lutte pour la survie. Les dangers sont partout, les traces de sueur corrossive, les mollusques au pouvoir abrasif, les mouettes tueuses. Ce récit est intense, rythmé et plein d'énergie. Particulièrement visuelle, l'écriture imaginative de Serge Brussolo peut tour à tour nous plonger dans une jungle marécageuse et humide ou nous décrire de manière sociologique des communautés oubliées. 

 

Vous désirez vous faire tatoué, lisez le !

 

Copie-de-challenge-serge-brussolo



Commenter cet article

Zizi Mule A Tresse 19/07/2010 10:38



Encore un Brussolo que je n'ai pas. Je le mets sur ma liste fnac ^^


Très bonne critique, alléchante :D



Lucie 10/09/2010 07:41



Merci de ta visite ! Oui, je te le conseille vivement.



El JC 17/05/2010 19:07



Voila un thème intéressant et sortant des sentiers battus, je note l'ouvrage pour une découverte future. Merci.



Lucie 17/05/2010 20:12



Dans le même thème, la folie migratoire, il y a aussi L'Ambulance de Serge Brussolo. Je vais essayer de le lire prochainement car ce thème est original et source de réflexion. 


Bonne soirée à toi !