Un couple ordinaire

Publié le par Lucie

9782842631130.jpg "Elle : elle confond l'amour et le pouvoir, le couple et la hiérarchie ; sa beauté n'y change rien : faire l'amour avec elle est devenu un supplice... Lui : à force de compromis quotidiens, et toujours à sens unique, il s'est comme vidé de lui-même ; le seul soleil de sa vie, c'est sa petite fille... la menace d'en être séparé le maintient muselé, enchaîné. La grâce d'une lecture lui ouvre enfin les yeux, le guide, le bouleverse : il entre en dissidence. Avec un humour grinçantIsabelle Minière dessine le portrait incisif d'un couple bancal, où le pouvoir tient lieu d'amour ; elle dépeint le désarroi d'un homme qui à la moindre rébellion se voit accusé de machisme ; elle montre comment la lecture d'un livre peut changer la vie - et, ce faisant, rend hommage à Plutarque."


Un couple ordinaire est la descente aux enfers d'un couple banal, lui pharmacien, elle auteur de livres pour enfants. Tout commence avec l'acquisition d'une table basse. Au détour d'une remarque faite par le vendeur, Benjamin se rend compte qu'il est vide, qu'il se sent creux. En effet, il est docile, résigné face à Béatrice, sa femme, avide de pouvoir et de reconnaissance sociale. 

Si lors du début de l'histoire, on pouvait s'attacher aux deux personnages, cette impression se détache vite car Béatrice, dominatrice, devient de plus en plus insupportable. On ne demande qu'un chose : Benjamin, réveille toi !

Peu à peu, on assiste à son éveil naissant et aux retours de batons, crises de jalousie, crise de nerfs et chantage de sa "bien aimée". 

Attention, ne pas lire ce roman si l'on a des problèmes de couples !
Certes,
Isabelle Minière écrit avec beaucoup d'humour, mais le ton est vif, tranchant, parfois acerbe. Si Un couple ordinaire se lit avec facilité, l'histoire est dérangeante car on en vient à se demander si nous ne sommes pas toutes des Béatrice en puissance ? (je dis "nous" pour "nous, les femmes").

Commenter cet article

Jess 02/01/2010 11:53


J'ai lu ce livre le mois dernier et je me suis fait exactement la même réflexion : suis-je une Béatrice en puissance ? Ça m'a tellement fait peur que j'ai couru faire un gros câlin à mon chéri ;)


Lucie 02/01/2010 12:04


Ouf, tu me rassures, je ne suis pas seule à penser ça ! Je vais sous la couette la couette réveiller mon chéri...^^ !