Jeux d'ombres à Djakarta, Alan Brayne

Publié le par Lucie

125ec76f31f420cbfe9804ad1643539c-300x300.jpg


"Misère, corruption, violence. Ce n'est certainement pas ce dont rêvait Graham Young lorsqu'il a décidé de quitter la grisaille anglaise pour s'engager auprès d'une ONG en Indonésie. Or quand on met imprudemment le nez dans de telles turpitudes, elles ne tardent pas à vous rattraper. Suspecté de meurtre, Graham va devenir à la fois le jouet de la police et la cible des barons du tourisme sexuel. pris entre deux feux, sans recours, le jeune homme va peu à peu voir le piège se refermer sur lui... Au rythme haletant du thriller, alan brayne, qui vit à Djakarta, dépeint sans complaisance un pays méprisé par les occidentaux et gangrené par le crime." (4ème de couverture)

J'ai découvert ce livre dans les rayons de ma bibliothèque et j'aurais bien aimé le lire il y a quelques mois, lors de mon voyage en Indonésie. Ce livre est le premier roman du britannique Alan Brayne, qui réside à Djakarta. 

Graham Young, après son divorce, choisit de quitter Londres pour rejoindre Djakarta, après la dictature de Soeharto. Il travaille pour une ONG dont le but est de contrôler que les aides internationales ont bien été reversées aux bonnes organisations. Il est plongé dans la tourmente d'un pays qui se cherche, au milieu de la chaleur, de la pollution, des bars à filles, de la dictature de l'argent, des émeutes et du contrôle du pouvoir. Un soir, comme tant d'autres, il boit dans un bar à touristes lorsqu'un homme également ivre l'aborde. Une conversation déroutante s'en suit. Au milieu de la nuit, Graham est réveillé par l'inspecteur Suprianto car l'homme du bar vient d'être assassiné et est coupable de crimes sexuels envers des mineures. 
Graham est alors plongé au coeur des tourments policiers et politiques. Lorsqu'il comprend que sa vie est en danger, il est peut-être trop tard pour fuir...

Alain Brayne pose un regard très réaliste sur la situation actuelle de l'Indonésie, vision pertubante et effrayante, autre que la vision touristique que l'on peut avoir. Ce livre est le reflet d'une Indonésie où un homme peut mourir en l'espace de quelques heures, faute de ne pouvoir payer un antibiotique, où un père vend le corps de ses filles aux plus offrants. Il nous offre également la vision politique où la corruption règne encore, malgré les volontés de réformes. 

Au delà du côté réaliste qui peut être effrayant, l'auteur nous transporte une atmosphère remplie de suspense et nous emmène dans un tourbillon, dans une succession d'évènements, de taxi, d'embouteillages, sans oublier un tour à Bali et son centre culturel qu'est Ubud. Il nous livre son point de vue sur les expat' et les balinais, de manière juste. 

On est loin du film Toute la beauté du monde avec ses visions paradisiaques de Bali, et tant mieux ! La lecture est virevoltante, angoissante et très prenante. J'ai dévoré cette histoire en l'espace d'un après-midi.

A emmener avec vous si vous partez en voyage en Indonésie !

Commenter cet article

Liyah 23/04/2010 12:44



Je note, j'aime bien ce genre de bouquins !



Lucie 23/04/2010 13:14



Il m'a bien plu, tant par la vision de l'indonésie que par la vision occidentale dans une pays d'asie du sud est. Un titre parfait pour des vacances à l'étranger !